Cantonnée sur le flanc oriental de la grande crête anticlinale de Couspeau, la commune de Rochefourchat est la seule de la vallée qui ne jouxte pas la Roanne. Au sud, ses eaux rejoignent la rivière à travers la commune de Saint-Nazaire. Au nord, elles alimentent la profonde vallée de son affluent, la Courance.

Sur son « rocher fourchu » s’élevait dès 1178 un château que les évêques de Die tenaient en fief des empereurs d’Allemagne. La terre appartint ensuite aux Morges, aux Brottin, aux Monteynard et finalement, après 1766, aux Rey de Noinville qui furent ses derniers seigneurs. Pierre Jossaud, négociant à Saillans, acheta les domaines de la Grand-Grange et de l’Aribat comme biens nationaux en 1796.

L'église

Ce territoire, qui paraît aujourd’hui bien isolé, « extraordinaire paysage pour marcheurs et poètes » (Michel Richard), devait être fort fréquenté sous l’ancien régime et encore au 19e siècle : il était traversé par un itinéraire muletier qui conduisait de Saint-Nazaire à Saillans par le col Jeannin puis celui de Bauras.

La commune, qui groupa jusqu’à 200 habitants, possède deux églises, sans compter un mystérieux prieuré des moines hospitaliers, mentionné seulement en 1275. L’église paroissiale, dédiée à saint Pierre, dépendait des bénédictins de l’abbaye de Cruas. L’église Notre-Dame des Sept Douleurs, au quartier de l’Aribat, aurait été construite à la suite du voeu d’un berger pris dans la tourmente. La tradition rapporte encore l’histoire étonnante du manant Pirette qui aurait tué, d’un trait d’arbalète, son seigneur en train de faire ses besoins, avant de s’enfuir dans la montagne. La femme du gentihomme fit aussitôt massacrer toute la population, y compris le curé. Les morts furent enterrés dans une fosse commune devant l’église et la dame fit venir des montagnards du Vivarais pour repeupler sa terre...

Ce pays riche de légendes, c’est le 20e siècle qui allait le rendre doublement célèbre dans toute la région.

Ce fut d’abord La fanfare de Rochefourchat, une chanson écrite en patois par Émile Maillefaud, agent-voyer cantonal de la Motte-Chalancon, en 1900. On y voit une joyeuse troupe qui ne compte pas moins de « quatre-vingt quatre pistons » et des musiciens qui, ayant gagné chacun un cochon de quatre quintaux à Combovin, font le tour du village, l’animal sous le bras, en jouant un pas redoublé !

Plus près de nous, Rochefourchat a été souvent qualifié « de plus petite commune de France », ce qui lui a valu un nombre impressionnant d’articles et de reportages. Cette formule un peu approximative a au moins le mérite de souligner le paradoxe actuel : Rochefourchat où deux habitants ont été officiellement recensés en 1990, mais où plus personne n’habite l’hiver, compte quand même 12 électeurs et un conseil municipal de 9 élus.

La maison

Superficie : 1274 ha

Population :

1990 : 2

1982 : 3

1906 : 211 (maxi)

Résidences principales : 1

Résidences secondaires : 6

Principales cultures : fourrages, céréales, Gîte communal

 

(1) Vallée de la Courance : Pas de la Mort accessible par les Gleyzoles (voir p. 25).

(2) L'Aribat : pittoresque chemin d'accès (pont)- vue étonnante sur les Trois Becs- chapelle Notre-Dame, autrefois lieu de pélerinage, le dernier dimanche de mai (l'évêque de Valence y vint en 1940), clocheton-porche en pierres de taille de 1898, peintures de l'abside.

(3) Chef-lieu de la commune - Ecole fermée en 1957 et transformée en gîte rural, linteau avec arc en accolade décoré sur le WC.Eglise : clocher carré, porte datée de 1880, autel en bois décoré de coeurs, cloches de 1807 et 1838 au cimetière, tombe de Madeleine Farnier, ancêtre de Marcel Pagnol, qui descendait de Marguerite Mège de Rochefourchat, mariée en 1634 avec Marius Marchand de Saint-Nazaire.

(4) Site du château : sur le piton de l'est, rocher taillé et traces de voûtes effondrées- vue étendue.

Les textes sont extraits du livre "Le Pays de la Roanne" de l'Association Route de la Vallée de la Roanne avec l'autorisation de Jacques Dujet président de l'office du tourisme de la vallée.
Textes de:
Jean-Noël Couriol
Annie Friche
Jacques Barlet
Conception, saisie, maquette du livre:
Histoire et patrimoine Dromois
la Lombardière 26400 Beaufort-sur-Gervanne
04 75 76 43 29

Photographie livre: Jean-Noël Couriol

Photographie site internet: Fabrice Blache
Couverture: Pradelle, 1995, photographie de Jacques Dujet

Rochefourchat